Hommage

Jean-Claude Bussy

Jean-Claude Bussy a rejoint les Milices célestes

C’est par une minute de silence que la cérémonie de la prise d’armes des Milices vaudoises, troupe d’honneur des hautes autorités du canton de Vaud, a débuté au Sentier, le 28 avril 2012, pour honorer la mémoire d’un de ses membres fondateurs, Jean-Claude Bussy premier Inspecteur général et président de l’Association.

Le jour d’avant un service d’honneur avait accompagné Jean-Claude lors de ses “A Dieu”.

L’idée de la fondation de la troupe des Milices vaudoises avait germé dans son esprit et dans ceux de quelques amis attachés à l’équitation militaire (la cavalerie avait été supprimée). Il aimait à dire que c’était dans son salon qu’elles avaient été crées avant d’être portées sur les fonds baptismaux au Château de La Sarraz , le 5 février 1985.

Les Chasseurs à cheval furent les premiers éléments du Régiment et furent rejoints par les mousquetaires, puis par les artilleurs.

Sa haute silhouette, sa prestance naturelle, son autorité, son entregent et ses grandes qualités humaines firent de Jean-Claude Bussy un Inspecteur général très respecté par ses hommes.

Officier, il participait aux fameuses reprises d’équitation au Chalet-à-Gobet sous les ordres de Raymond Clavel. Il fût également un des membres fondateurs du Musée du cheval. Il aimait participer aussi à la chasse des Officiers. Membre des DGM, il était très engagé sur les tribunes de jury qu’il présidait d’Yverdon à Château d’Oex. Il s’investissait également pour monter des spectacles équestres en compagnie de Pierre-Eric Jaquerod , il avait fait venir à Berne la Garde républicaine. Ce qui lui avait valu, plus tard l’honneur de descendre à Paris, les Champs-Elysée en tête de la Garde. Le trompettiste lui avait même dédié une partition : “Robin et Parsifal” noms de leurs deux chevaux. Cette partition avait été jouée pour le 25ème des Milices vaudoises.

Atteint dans sa santé ces dernières années, il suivait tout de même de loin, avec fierté, les activités de “ses” Milices vaudoises et de toutes les sociétés auxquelles il vouait le plus grand intérêt.

A ses enfants, ses petits-enfants, vont nos pensées émues.

M.C.

Jean-Claude Rosat

Jean-Claude Rosat, membre fondateur des Milices vaudoises et 2ème commandant du Corps des chasseurs à cheval est décédé en juillet 2016 à l’âge de 82 ans.

Homme de conviction, Jean-Claude Rosat était très attaché à l’équitation militaire, il avait acquis le grade de Major au sein des troupes montées (cavalerie) et avait tout de suite adhéré avec enthousiasme à l’idée de la création de la troupe des Milices vaudoises dans les années 1980 (Les Milices vaudoises ont été baptisées le 5 février 1985 au Musée du cheval de La Sarraz).

Il a pris le commandement du Corps des Chasseurs à cheval à Nyon. Il succéda à Raymond Clavel. Il assuma avec classe et distinction sa fonction durant 8 ans. Puis il rejoignit les rangs et ne manqua aucun engagement de la troupe.

C’est lui qui avait imaginé l’inoubliable quadrille avec 36 chasseurs à cheval accompagné musicalement par la Fanfare de la Police cantonale lorsque le canton de Vaud était hôte d’honneur du Marché-concours en août 1993.

Jean-Claude Rosat aimait les chevaux : il avait été cavalier de saut et de dressage. Il a présidé le concours hippique national de Château d’Oex. Il s’engagea auprès de la Fédération vaudoise des Syndicats d’élevage chevalin et assuma pendant 24 ans son secrétariat. Il remit son mandat lorsqu’il devint président du Grand Conseil vaudois (1989), car Jean-Claude Rosat était aussi un homme engagé dans sa commune (secrétaire municipal), député libéral du Pays d’Enhaut.

Il était aussi à la base de la création de la Chasse des Officiers: la première se déroula en automne 1972, à la suite de la suppression de la cavalerie. C’était l’occasion de se rencontrer et de pratiquer l’équitation militaire de terrain. Puis, la rencontre automnale prit le nom de Chasse du groupe de Drag. 1 et depuis quelques années (le nombre de dragons diminuant…) elle s’appelle Chasse des Troupes montées et regroupe les cavaliers issus des rangs des Milices vaudoises, Berner Dragoner 1779 et Cadre Noir et Blanc.

M.C.

Raymond Clavel

Raymond Clavel, membre fondateur des Milices vaudoises et premier commandant du Corps des chasseurs à cheval est décédé en mai 2019 dans sa 95ème année.

Raymond Clavel était un vrai homme de cheval et il lui dédia sa vie.

Baigné dans le monde du cheval depuis sa tendre enfance, son père était un marchand de chevaux très connu, il eut la chance de participer très tôt à de nombreux concours hippiques. C’est tout logiquement qu’il entra dans la cavalerie et y obtint le grade de capitaine. Il travailla comme écuyer au Dépôt fédéral des chevaux de l’armée (DFCA) à Berne.

Fin cavalier de concours, il participa à de nombreuses manifestations sportives et s’y couvrit de lauriers (dans les années 60).

Il prit les rênes du centre équestre du Chalet-à-Gobet, avant de prendre la responsabilité du Manège des Grâces de Begnins. Puis, il retourna au Chalet-à-Gobet. Il fit rayonner le manège dans tout le pays en organisant des concours nationaux de saut et de dressage.

Homme de passage de savoir, il enseigna l’équitation à une multitude d’élèves, il s’engagea dans la construction des parcours et passa beaucoup de temps sur les tribunes de jury. Homme engagé, il présida l’Association suisse des professionnels de l’équitation et maîtres de manège.

Homme engagé, il s’investit à fond dans la préparation des festivités du 75ème des DGM du canton de Vaud en 1980 à Lausanne. Il restera à tout jamais, le commandant du mini-escadron qui effectua un ultime salut au sabre inoubliable avant que le grand rideau de Beaulieu se referme …Grand moment d’émotion (s)…

C’est sûrement sur ce terreau fertile : l’attachement des vaudois aux traditions équestres militaires que Raymond Clavel, Jean-Claude Bussy, Jean-Claude Rosat, Pierre Gavillet, Jean Lebet, André Petitpierre, Charles Schaechtelin, Philippe Guignard, Jacques Perrin, Jean-Jacques Weber, Simon Chappuis, Jacque Pelot et Maurice Schmidt imaginèrent la troupe des Milices vaudoises.

A l’époque, Claude Bonin, Claude Henry et Raymond Clavel faisaient passer un test de connaissances équestres à tous les candidats chasseurs à cheval, dont les 80% étaient issus des rangs de la cavalerie.

M.C.